I. INTRODUCTION.

Le texte ci-dessous constitue notre Projet d’Etablissement. Ce document exprime notre volonté collective de réaliser  pendant les trois prochaines années les quelques actions définies comme prioritaires par et pour notre communauté éducative. Celles-ci s’inscrivent dans le cadre du Décret Missions du 24 juillet 1997.

La réalisation de ce Projet d’Etablissement qui est une œuvre collective nécessitera la collaboration des différents partenaires : élèves, parents, enseignants, direction, Pouvoir Organisateur, acteurs externes. Cette responsabilité partagée par les différents acteurs s’exerce à toutes les étapes du projet : sa conception, sa réalisation, son évaluation.

La mise en œuvre de notre Projet d’Etablissement ne débute pas avec l’obligation décrétale : elle s’inscrit dans la continuité des actions entreprises ces dernières années et dans la tradition de notre école. Ces réalisations déjà présentes constituent un appui important sur lequel les innovations projetées s’enracinent. C’est pourquoi on trouvera également des traces de ce capital de départ dans le texte ci-dessous.

Le Projet d’Etablissement représente une intention que nous nous engageons à concrétiser. En choisissant ces quelques priorités, notre objectif est de les faire aboutir. Bien sûr, ces intentions devront être confrontées aux réalités du terrain et notamment à une disponibilité des moyens nécessaires à leur mise en œuvre . Pour effectuer cette confrontation entre nos intentions et nos actions, nous nous engageons à évaluer régulièrement l’avancement de notre projet ainsi que les résultats au terme de trois ans. Pour respecter la dimension partenariale de ce Projet d’Etablissement, l’évaluation de celui-ci s’effectuera notamment au Conseil de Participation qui en a reçu mandat. Si des actions n’ont pu aboutir, si des défis n’ont pu être relevés, au moins devrons-nous en identifier les raisons et mettre en œuvre les actions de régulation nécessaires.

Cette introduction décrit l’esprit dans lequel nous souhaitons que ce texte soit lu tant au départ qu’au terme de notre Projet d’Etablissement.

II.  PROJET EDUCATIF.

1. Valeur privilégiée : le RESPECT.

    Objectif privilégié : développer à l’école le respect de l’autre,

    à la lumière de l’Evangile.

Ce choix a été fait parmi les différentes valeurs prônées par le réseau de l’enseignement libre catholique, à savoir :

  • la solidarité responsable ;
  • la confiance dans les possibilités de chacun ;
  • le sens du pardon ;
  • le don de soi ;
  • l’intériorité et la créativité ;
  • l’attention aux plus démunis ;
  • le respect de l’autre.

2.  Objectif :

Eduquer tout enfant dans une école chrétienne signifie développer son potentiel intellectuel mais aussi sa vie affective, sociale, esthétique, corporelle, morale et religieuse, au travers des valeurs évangéliques , qui constituent pour lui une  lumière et donnent un sens à sa vie. Nous voulons des enfants épanouis, curieux, autonomes, responsables, capables de s’engager et de gérer leur vie à l’école, dans le respect d’eux-mêmes et des autres.

3.  Constats observables dans notre école.

Les principaux acteurs concernés par la notion de respect dans l’école sont les enfants, les enseignants, le personnel d’entretien, les parents, la direction. Il est à noter l’importance de la notion de réciprocité en matière de respect, chaque acteur étant considéré comme membre d’une société où prévalent des règles de vie en communauté et dans laquelle chaque action ne peut se limiter à impliquer son seul auteur.

       Pour vivre sereinement à l’école, les différents acteurs et les enfants en particulier ont besoin :

  • d’être valorisés ;
  • d’être écoutés, sollicités, interrogés ;
  • d’ouvrir leur esprit critique ;
  • de pouvoir s’opposer à ce qui est injuste, violent ;
  • d’exprimer leurs joies, leurs peines,leurs craintes ;
  • de savoir ce qui va être exigé d’eux ;
  • de se sentir en sécurité ;
  • de savoir le pourquoi des interdits ;
  • d’obtenir une justification aux décisions les concernant ;
  • de jouir de la confiance des autres ;
  • de cultiver un jardin secret ;
  • de vérité dans les paroles reçues ;
  • d’être éduqués à la santé ;
  • de vivre dans l’ordre, la politesse, la propreté ;
  • de vivre dans le respect du matériel ;
  • de vivre dans un cadre accueillant ;
  • de s’impliquer dans des activités.

III.  PROJET PEDAGOGIQUE.

Je suis acteur de mes apprentissages…

  • J’ai mon matériel et j’en prends soin (Chaque élève reçoit une liste de matériel en début d’année)
  • Mon enseignant fait attention à moi. Je suis important pour mes enseignants. (L’enseignant tient compte du vécu de l’enfant, de ses acquis et de ses difficultés)
  • Je participe activement et j’apprends à mon rythme. (L’enseignant propose une pédagogie variée, du matériel diversifié pour réaliser des activités qui ont du sens. Il respecte le rythme de l’enfant)
  • Je bénéficie d’un enseignement différencié. (Si je suis en difficulté, l’enseignant des activités adaptées)
  • Je demande de l’aide à mon enseignant ou à un copain. (L’enseignant me donne du temps pour poser mes questions)
  • J’utilise les outils de la classe (référentiels, plannings, j de c, …) (L’enseignant construit les outils avec moi, je les utilise dès que j’en ai besoin)
  • Je connais mes forces et mes faiblesses. (L’enseignant m’aide à m’auto évaluer)
  • Je fais mes devoirs et mes leçons. (L’enseignant me donne un travail que je peux réaliser seul)

Je progresse tous les jours.

METHODOLOGIE .

Différents types de pédagogie seront privilégiés dans notre établissement. Ils seront axés sur les mêmes valeurs et notions de respect telles qu’énoncées dans le projet éducatif.

1. Pédagogie  globale.

Elle place l’enfant, en tant que personne à part entière, au centre des préoccupations de l’enseignant. Elle prend en compte chaque étape de son développement et le vise dans sa globalité : elle valorise et respecte toutes les facettes de sa personnalité.

Elle prend en compte en interaction l’aspect social, familial, physique, affectif et intellectuel.

2.  Pédagogie active.

Cette pédagogie considère l’enfant comme acteur de ses apprentissages. L’enfant construit lui-même ses connaissances, accompagné par l’enseignant dans son cheminement.

Cette pédagogie s’oppose à l’inculcation abusive, à la directivité trop marquée.

3. Pédagogie institutionnelle.

Cette pédagogie considère l’enfant comme un acteur et un partenaire responsable occupé à développer son autonomie. Elle veille à ce que l’enfant se socialise à l’école et en classe. Elle l’initie à la vie sociale en l’amenant à participer aux décisions qui le concernent. Ainsi, il va se familiariser avec les notions de règles de vie, de compromis, de tolérance, de droits, de devoirs, de solidarité, d’engagement : autant de valeurs s’intégrant dans l’acceptation large du respect.

4. Pédagogie différenciée.

Cette pédagogie respecte les différences entre enfants de la même classe. Elle permet à chacun de s’épanouir au mieux de ses capacités. Chaque enfant peut ainsi, par son intelligence propre, atteindre le  maximum de ses propres possibilités.  Ses différences l’enrichissent et augmentent ses ressources en cas de difficultés : il sait que l’enseignant l’accepte tel qu’il est.

En application concrète de ces outils pédagogiques et face aux constats établis et décrits dans le projet éducatif,  l’école, par le biais de l’équipe éducative, adopte les attitudes suivantes :

  • elle encourage l’enfant, lorsqu’il a bien travaillé, s’il est en difficulté ;le reconnaît en acceptant ses difficultés, le met en valeur en fêtant en classe son anniversaire,l’accepte et communique en permanence avec lui en donnant des évaluations verbales ou écrites, en tenant compte de ses avis, dans l’élaboration et le respect d’un règlement interne à la classe, par exemple.
  • elle écoute l’enfant, le sollicite, vérifie ses acquis en l’interrogeant, discute avec lui car il peut émettre (poliment) ses objections.
  • elle permet à l’enfant de s’exprimer s’il est en difficulté de vie en commun, d’apprentissage, ou autre situation de détresse, et l’écoute.

Par le biais du règlement, de l’horaire journalier, de la charte de classe, du journal de classe.  

  • elle fait confiance à l’enfant en lui permettant de s’exprimer, de prendre des initiatives et des responsabilités ( tâches de classe.) Elle lui permet le maximum d’autonomie.
  • elle ne manque jamais de dire la vérité à l’enfant : l’informe sur ce qui le concerne, évalue son travail et communique avec lui au sujet de ses résultats.
  • elle l’éduque à la santé en préconisant des collations de qualité, en déconseillantles produits néfastes à la santé. Elle permet de prendre les repas et collations dans le calme, à l’école comme à la cantine. Elle exige une tenue correcte , notamment au moment des repas. Elle exige de l’hygiène de la part des enfants : utilisation correcte des toilettes, des lavabos.
  • elle permet à l’enfant de grandir dans un milieu propre et ordonné : rangement des locaux, nettoyage régulier de ceux-ci, tri des déchets et utilisation des poubelles. Elle encourage toute initiative dans ce domaine.
  • elle initie et exige lerespect du bâtiment, des locaux, du matériel ; implique les enfants dans ce respect en les faisant participer, à leur niveau, à la maintenance de tout ce qui est à leur disposition.
  • elle fournit à l’enfant un cadre de vie agréable , par la décoration des couloirs et classes, par le maintien d’un niveaunormal de propreté et d’ordre ; elle n’autorise pas le désordre en classe, les déchets et vêtements abandonnés, les papiers dans la cour.

Tels sont les moyens pédagogiques - la liste n’est pas exhaustive - que notre école entend mettre en œuvre pour atteindre son objectif éducatif : le respect.

Il va sans dire que tous les intervenants sociaux de l’école sont concernés et impliqués dans cette approche : elle ne peut en aucun cas être l’apanage de la seule équipe éducative.

Le lecteur trouvera ci-dessous, élaborés dans le même esprit, les règlements des études et d’ordre intérieur qui complètent ce qui vient d’être énoncé dans la description des projets éducatif et pédagogique de notre établissement.

SUJETS DES JOURNEES PEDAGOGIQUES DES ENSEIGNANTS POUR LES 3 PROCHAINES  ANNEES.

L’enfant en difficulté

  • Mieux se former
  • Que faire avec des constats (dossiers d’élèves)
  • Collaboration avec le PMS, être mieux informés.
  • De meilleurs constats sur les élèves en difficulté.
  • Echange plus ‘’officiel’’, en concertation, sur les enfants en difficultés et sur l’impact de l’enseignant sur ces enfants.

Différenciation

  • Adapter les devoirs.
  • Devoirs individuels en fonction des forces et des faiblesses de chacun.
  • Partager leur culture
  • Elocutions avec objectifs individuels à atteindre
  • Evaluation formative 
  • Penser plus aux différentes manières, différentes façons d’étudier (auto- contrôles, visuel, auditive, en écrivant, …)

Estime de soi

  • Arbre des progrès en maternelle (à faire progresser en primaire)
  • Porte folio : lien école-famille où l’on rentre chez soi pour montrer ce que l’on a bien fait.
  • Etiquette sur le banc, 1 force, 1 faiblesse, changer tout au long de l’année.
  • Dans le bulletin, l’enseignant trouve une force à écrire.
  • Conseil de coopération.
  • Permettre un projet personnel.
  • Boîte à suggestions.

Méthodologie

  • Axe de gratuité (plus d’autonomie)
  • Proposer des tâches plus complexes où les enfants sont amenés à identifier les différentes étapes.
  • Mind-map = carte heuristique
  • Octofun, nouvelle méthode pour une prise de conscience de la mémorisation (en parlant, en bougeant, en chantant, en dessinant)
  • Transfert à une nouvelle situation.
  • Permettre à l’enfant d’expliquer sa démarche.
  • Faire le point en début de journée, par rapport à la veille.
  • Faire le point en fin de journée. Qu’avons-nous appris ?

IV.  PROJET PASTORAL.

Les projets développés ci-dessus seraient incomplets s’ils n’étaient inscrits dans le cadre d’une éducation qui se veut aussi chrétienne.

C’est dans cet esprit que notre établissement développe aussi un projet pastoral, objectif et reflet de l’animation chrétienne dans notre école.

Cette action pastorale tend donc à inscrire l’Evangile dans la vie et l’activité scolaires par le biais des activités suivantes :

  • qualité de l’accueil de toute personne nouvelle dans l’école : accueil chaleureux, sécurisant, rassurant qui permet l’intégration immédiate du nouvel arrivant. Respect de l’autre et de la place qui lui revient.
  • aménagement d’un coin religieux dans chaque classe qui permet le rappel, à tout moment de la journée, de la spécificité de notre enseignement.
  • animation des temps forts de l’année liturgique : crèches vivantes, veillées, spectacles divers, avec invitations aux parents et gens du quartier, carême.
  • évaluations régulières de notre action dans notre école mais aussi dans le cadre de notre communauté élargie.( animateurs.)
  • sensibilisation aux problèmes de niveau mondial : journée du Refus de la Misère : implication concrète des enfants dans cette démarche par le biais du repas solidaire.